Les Maladies Animales –
Ovin

FCO (BTV)

Epidémiologie
La Fièvre Catarrhale Ovine (FCO ou-Bluetongue) est causée par un virus à ARN double brin de la famille des Reoviridae, genre Orbivirus. C'est une maladie non contagieuse transmise par des insectes qui concerne les ruminants domestiques et sauvages, particulièrement le mouton. Sept à 8 jours après l'infection, les moutons présentent des signes aigus de la maladie: température élevée, apathie et isolement de troupeau. Peu après la montée de la température, les muqueuses de la bouche prennent une coloration rouge et enflent. Les moutons présentent une forte salivation écumeuse. La langue enfle et devient cyanosée (d'où le nom «blue tongue») et peut pendre hors de la bouche dans certains cas. La couronne des onglons devient rouge et douloureuse. Il peut arriver que les animaux boitent et que les brebis avortent. Dans la plupart des cas, on constate un retard de croissance et une perte des poils. Les moutons atteints peuvent mourir 8 à 10 jours après l'infection. Chez les bovins et les caprins, l'infection évolue le plus souvent sans symptôme visible. Lorsque la maladie est symptomatique chez les bovins, les signes les plus fréquents sont l'hyperthermie, les avortements en fin de gestation (vers le 8ème mois), la formation d'œdèmes (mamelles, trayons, vulve, jarret), l'apparition d'érythèmes (muqueuses, trayons, mamelles).

La propagation de la maladie
La FCO a été décrite pour la première fois en 1876 en Afrique du Sud. Alors qu'on la croyait confinée en Afrique, la maladie s'est propagée au cours de ces dix dernières années en Asie, dans le sud des Etats-Unis, en Australie et dans le sud de l'Europe. Il existe 24 sérotypes du virus de la Bluetongue et on dénombre actuellement en Europe les 8 sérotypes suivants: 1, 2, 4, 6, 8, 9, 11 et 16.

Regulatory requirements vary by country; products may not be available in your geographic area.

BVD/MD/BDHaut de page

Epidémiologie
Le virus BVD/MD est responsable de la « Diarrhée Virale Bovine » et a été identifié pour la première fois en 1946. La maladie est répandue dans le monde entier et la prévalence des animaux entrés en contact avec le virus varie de 30% à plus de 80% selon les pays et les régions.

L’impact de la BVD sur la fertilité du cheptel
L'infection par le virus conduit d'une part à une dégradation de la fertilité du troupeau, et d'autre part à des retours en chaleur suite à la mort de l'embryon, lorsqu'une vache portante a été infectée entre le 1er et 2ème mois de gestation.

Des avortements et des naissances de veaux avec des malformations sont possibles durant toute la gestation.

Le virus BVD/MD est un petit virus à ARN simple brin appartenant au genre des Pestivirus.

Deux autres virus animaux appartiennent au même genre des Pestivirus : le virus de la Border Disease (BDV) chez le mouton et le virus de la Peste Porcine Classique (PPC) chez le porc.

Les animaux IPI - réservoirs de l’infection
Une conséquence commune à l'infection prénatale par ce genre de virus est la naissance d'animaux infectés permanents immunotolérants (IPI) qui sont responsables de la diffusion du virus au sein des troupeaux.

En effet, les animaux IPI (= veau infecté entre le 2ème et 4ème mois de gestation) sont porteurs à vie du virus et le sécrètent en grande quantité toute leur vie. Ils constituent ainsi une importante source d'infection pour le reste du troupeau.

De plus, les animaux IPI développent toujours tôt ou tard la forme mortelle de la BVD : la maladie des muqueuses (MD =mucosal disease).

Le nombre d'animaux IPI à l'intérieur d'un troupeau infecté est de l'ordre de 1% (avec des maxima de l'ordre de 27%) et leur détection est de première importance pour le contrôle des Pestiviroses animales.

Regulatory requirements vary by country; products may not be available in your geographic area.

ChlamydioseHaut de page

La Chlamydiose des ruminants est une maladie infectieuse, contagieuse, d'origine bactérienne, qui affecte les ruminants, les oiseaux et l'homme.

Elle est responsable d'avortements, de naissances prématurées, de pneumonies, de conjonctivites et d'arthrites chez les ruminants. Les ruminants sont infectés adulte ou jeune dans leur période néonatale.

La transmission de l'infection se fait par les bactéries excrétées en grande quantité dans les enveloppes et eaux foetales, les fèces, l'urine et le lait. L'inhalation d'aérosols infectés constitue la voie majoritaire de contamination.

La taxonomie des Chlamydia a été modifiée par Everett en 1999. Selon la nouvelle nomenclature, les Chlamydia sont maintenant séparées en 2 groupes principaux:

  • le genre Chlamydia qui regroupe C. trachomatis (homme), C. suis (porc) et C. muridarum (souris, hamster),
  • le genre Chlamydophilaqui regroupe 6 espèces : Cp. abortus (mammifères), Cp. psittaci (oiseaux), Cp. felis (chats), Cp. caviae (cobaye), Cp. pecorum (mammifères), Cp. pneumoniae (homme).

Chez les ruminants, les 2 espèces qui ont été décrites sont Cp. abortus (responsable en particulier d'avortements) et Cp. Pecorum (responsable d'infections intestinales asymptomatiques, de pneumonies, conjonctivites, arthrites, avortements et infertilité). De plus, chez la femme enceinte, C. abortus peut également provoquer des avortements, avec des complications sérieuses.

Regulatory requirements vary by country; products may not be available in your geographic area.

Fièvre QHaut de page

Epidémiologie
La Fièvre Q (Query Fever) est une zoonose cosmopolite qui présente une répartition géographique mondiale à l'exception de la Nouvelle Zélande.

Cette affection est due à Coxiella burnetii, une bactérie strictement intracellulaire, qui peut infecter de très nombreuses espèces animales (ruminants, chiens, chats, oiseaux, arthropodes) et l'homme également.

Chez les ruminants (considérés comme le principal réservoir pour l'infection humaine), cette maladie est principalement associée à la survenue de troubles de la reproduction. Chez les ruminants, elle demeure la plupart du temps asymptomatique, d'où l'absence de recherche systématique, sauf dans le cas d'avortements répétés et de troubles de la reproduction.

En effet, localisée au niveau du placenta, Coxiella burnetii occasionne prématurité, faible poids à la naissance et avortements.

Impact de la fièvre Q chez les humains
Chez l'homme, la contamination se fait principalement par l'inhalation d'aérosols infectés mais pour les femmes enceintes la consommation de lait cru ou de produits laitiers à base de lait cru est à éviter.

La fièvre Q passe souvent inaperçue car elle peut être confondue avec un syndrome grippal. Elle peut avoir des conséquences dramatiques lors de la contamination de femmes enceintes (avortement, accouchement prématuré) ou de patients atteints de valvulopathies ou immunodéprimés.

Regulatory requirements vary by country; products may not be available in your geographic area.

NeosporoseHaut de page

Epidémiologie
Neospora caninum est un protozoaire parasite décrit dans un premier temps chez le chien et responsable de myosite et d'encéphalite.

Cependant au début des années 1990, il a été constaté que Neospora était une cause importante d'avortement chez les bovins.

La principale manifestation clinique de la néosporose est en effet l'avortement, qui survient habituellement entre le quatrième et le septième mois de gestation.

En fonction du nombre de vaches infectées dans un troupeau, le taux d'avortement peut varier de 5% à 30%, avec pour les taux les plus élevés, des épisodes d'avortement en série sur une période de moins d'un mois.

La transmission
Les modes de transmission du parasite ne sont pas entièrement connus mais le mode principal est la transmission verticale - de mère en fille - avec au minimum 80 % des veaux contaminés issus de vaches séropositives.

De plus, le rôle du chien dans la transmission de Neospora chez les bovins a été suggéré.

Cette pathologie est diagnostiquée sur tous les continents et est la cause la plus fréquente d'avortement chez les bovins dans plusieurs pays (devançant les virus de la BVD et l'IBR).

Regulatory requirements vary by country; products may not be available in your geographic area.

ParatuberculoseHaut de page

Epidémiologie
La Paratuberculose (ou Maladie de Johne) est une infection chronique contagieuse et infectieuse causée par Mycobacterium avium sub. paratuberculosis (même famille que le bacille de la tuberculose).

Maladie incurable, elle touche les bovins, caprins et autres ruminants domestiques et sauvages.

Mycobactérium paratuberculosis est particulièrement résistant et est excrété en grande quantité dans les fèces des animaux infectés.

L'infection se fait tôt dans la vie de l'animal par ingestion de nourriture, d'eau et de lait (mamelle) contaminés par les fèces. Cette maladie est très complexe et multiparamétrique : l'évolution et le contrôle de la maladie font en effet intervenir la résistance du bacille, l'excrétion dans l'environnement, des phases de latence, des réponses sérologiques parfois tardives.

Signes cliniques
Les symptômes qui apparaissent habituellement sur des animaux âgés de plus de deux ans et pour des stades avancés de la maladie, se traduisent par une atteinte intestinale chronique (inflammation de l'intestin, lésions des ganglions mésentériques), diarrhée, perte de poids et œdèmes.

Reformer les animaux infectés est la clef pour controller la propagation
Le contrôle de la maladie est basé sur l'identification des animaux infectés et leur élimination; les principaux outils de diagnostic sont les techniques PCR et ELISA, et la coproculture.

Regulatory requirements vary by country; products may not be available in your geographic area.

Maedi visnaHaut de page

Epidémiologie
L'Arthrite Encéphalite Caprine à Virus (CAEV) et le Maedi visna sont des infections virales persistantes, causées par des lentivirus de la famille des Retroviridae.

Signes cliniques
Le CAEV est une maladie qui touche les caprins et dont les signes cliniques associés sont: arthrites et mammites chez les adultes, encéphalites chez les jeunes. Le Maedi visna est une maladie des ovins dont les signes cliniques associés sont: difficulté respiratoire ou dyspnée, arthrites, amaigrissement. De plus, certains ovins développent des lésions de sévérité variable dans les poumons et la mamelle.

Le CAEV et le VISNA MAEDI sont des virus étroitement apparentés. Bien que les cas documentés de transmission inter-espèces soient rares, le CAEV peut infecter les moutons et le VISNA MAEDI les chèvres. Les animaux (agneaux ou chevreaux) se contaminent très jeunes par le colostrum ou le lait pendant l’allaitement, et les sécrétions respiratoires provenant d'animaux infectés.

Prévalence
Porteurs permanents, ils peuvent ensuite transmettre le virus au reste du troupeau pendant toute leur vie. Alors que des lentivirus ovins ont été identifiés dans la plupart des pays éleveurs de moutons (sauf Australie et Nouvelle Zélande), le CAEV est quant à lui plus répandu dans les pays industrialisés.

La certification « statut indemne » nécessite des analyses sérologiques
Le diagnostic sérologique des deux affections est nécessaire pour la certification des élevages caprins et ovins.

Les signes cliniques ne s'expriment que sur une partie des animaux séropositifs (9 à 38 % selon les études publiées).

Regulatory requirements vary by country; products may not be available in your geographic area.

Diarrhee Neonatale Des RuminantsHaut de page

Epidémiologie
La diarrhée est une des causes majeures de mortalité chez les veaux et l'ensemble des jeunes ruminants.Cette gastroentérite néonatale est occasionnée par des germes absorbés par la bouche qui rejoignent ensuite les intestins. L'origine des germes étant diverse, la diarrhée néonatale peut être la conséquence d'une infection par un virus (Rotavirus, Coronavirus), par des bactéries (Salmonella, Colibacille entérotoxinogène E.Coli K99) ou par des protozoaires (Cryptosporidium parvum, Coccidies).

Signes cliniques
Les virus ouvrent souvent la voie aux infections bactériennes, lesquelles aggravent l'évolution de la maladie et déterminent la suite ainsi que l'issue de la maladie. Les premiers indices de diarrhée sont une baisse de l'appétit, un abdomen rentré et une paroi abdominale tendue, ainsi que de l'apathie.

La diarrhée entraîne en peu de temps la déshydratation, la paralysie, l'insuffisance circulatoire et la mort des animaux.

Le diagnostic des causes de diarrhée passe obligatoirement par des tests de laboratoire car il n'est pas possible d'identifier l'agent causal sur la base de symptômes cliniques.

Un apport suffisant en colostrum et le plus tôt possible après la mise bas constitue la première mesure prophylactique contre la diarrhée néonatale.

Regulatory requirements vary by country; products may not be available in your geographic area.

Coryza GangreneuxHaut de page

Epidémiologie
Le coryza gangreneux est une maladie hautement fébrile chez les grands ruminants et les porcs dont l'issue est le plus souvent fatale.

Retrouvée dans la plupart des régions du monde, la maladie peut présenter une grande variabilité dans ses manifestations cliniques, depuis une forme aiguë avec peu de signes cliniques observés jusqu'à des cas plus caractéristiques présentant une fièvre élevée, des lésions érosives des muqueuses du tractus gastro-intestinal, une kerato-conjonctivite accompagnée d'opacité de la cornée, des écoulements importants des yeux et des naseaux.

Le coryza gangreneux est dû aux virus du genre Rhadinovirus (de la famille des Herpesviridés) et peut être causé par 2 gamma-herpèsvirus différents.

Le virus AIHV-1 (Alcelaphine herpèsvirus 1) a pour hôte naturel le gnou qui est infecté de manière inapparente, il cause la maladie dans différentes régions d'Afrique et chez un grand nombre d'espèces de ruminants dans les parcs zoologiques.

L'herpèsvirus ovin OvHV-2 (Ovine herpèsvirus 2) est prévalent chez toutes les races de moutons domestiques chez qui il entraîne une infection sub-clinique.

Regulatory requirements vary by country; products may not be available in your geographic area.

Le virus de SchmallenbergHaut de page

Epidémiologie
Le virus de Schmallenberg appartient à la famille des Bunyaviridae, genre Orthobunyaviridae, et est proche des virus Akabane, Aino et Shamonda. Ce nouveau virus a été identifié en novembre 2011 en Allemagne, dans plusieurs échantillons provenant de bovins et ovins présentant des symptômes atypiques des maladies connues. Au stade actuel des connaissances, ce virus affecterait essentiellement les ruminants et serait transmis par voie vectorielle (Culicoides, moustiques,etc..).

Signes cliniques
Il provoque des symptômes cliniques légers, comme de l’hyperthermie, une perte d’appétit, une dégradation de l’état général de l’animal, une chute de production laitière et dans de rares cas de la diarrhée. L’infection des femelles de ruminants en gestation peut également provoquer la naissance d’animaux malformés (notamment hydroencéphalie).

Le diagnostic
La recherche du virus est réalisée préférentiellement sur les encéphales des avortons, mais le virus peut également être localisé dans la rate et le sang (Source FLI – Laboratoire National de Référence allemand).

Chez les ovins, les symptômes sont uniquement présents chez les agneaux qui ont été Infectés au cours de la gestation de la brebis. Des avortements, de la mortinatalité et des Malformations congénitales sont ainsi observes.

Seul un traitement symptomatique des animaux atteints est possible: il n'existe actuellement aucun vaccin ni traitement spécifique pour le virus de Schmallenberg.

Regulatory requirements vary by country; products may not be available in your geographic area.