Comment introduire des allergènes alimentaires chez les enfants

Septembre 2022 Linda Armstrong |  ✓  Révision médicale par : Fabio Iachetti, MD ; Eva Södergren, PhD, MSc

Fabio Iachetti est un médecin agréé avec plus de 15 ans d’expérience dans plusieurs domaines thérapeutiques tels que les allergies, les maladies cardiovasculaires, la douleur, les troubles gastro-intestinaux, la rhumatologie, l’urologie et la diabétologie. Il est directeur médical senior en Allergie pour la Division ImmunoDiagnostics Global Medical Affairs chez Thermo Fisher Scientific. Nutritionniste de formation, Eva Södergren travaille désormais en tant que conseillère scientifique senior pour les Allergies au sein de l’équipe Affaires médicales et scientifiques de la division ImmunoDiagnostics chez Thermo Fisher Scientific.

Lorsque le moment est venu de faire passer les nourrissons à une alimentation solide, la plupart des parents et des soignants ont un plan (ou du moins un autre proche, les réseaux sociaux ou le bon vieux Google pour les aider). Mais souvent, ces sources sont moins pertinentes lorsqu’il s’agit d’introduire des aliments allergisants tels que les œufs, l’arachide, le lait, etc. En fait, les soignants ont probablement plus de questions que de réponses.

Y a-t-il un bon ou un mauvais moment pour introduire des allergènes alimentaires chez les enfants ? L’introduction d’aliments allergisants prévient-elle réellement les allergies ? Ou est-il préférable d’éviter ces allergènes jusqu’à ce que les enfants soient plus âgés ?

Et si vous vous lancez, quel est le processus ? Quels symptômes d’allergie alimentaire devez-vous surveiller ? Quelle est l’incidence de l’allaitement maternel et du lait maternisé sur ce processus ?

S’il s’agit de votre première incursion dans l’introduction d’allergènes alimentaires, vous êtes sûrement submergé de questions. Mais ne vous inquiétez pas, les informations suivantes vous expliquent en détail pourquoi, comment et quand présenter les allergènes alimentaires aux bébés. Elles fournissent également une série de conseils pour préserver la sécurité de l’enfant (et votre santé mentale).

Quelles sont les allergies alimentaires les plus courantes ?

Avant d’examiner le “comment” et le “quand” de l’introduction d’allergènes alimentaires, identifions rapidement les coupables les plus courants chez les enfants (et les adultes). Bien que les principaux allergènes varient en fonction du lieu, les données des États-Unis et de l’Union européenne identifient certains responsables présents dans le monde entier.

La Food and Drug Administration (FDA) américaine indique que les aliments suivants représentent 90 % des réactions allergiques alimentaires aux États-Unis.1 (Notez que le sésame a été ajouté à la liste depuis janvier 2023.) 

De même, l’Union européenne identifie 14 principaux allergènes pour l’étiquetage des ingrédients alimentaires, qui incluent tous les allergènes reconnus par la FDA ci-dessus, ainsi que ceux indiqués ci-dessous.2 Les données de l’Union européenne subdivisent les fruits de mer en mollusques et crustacés et élargissent la catégorie de blé en céréales contenant du gluten (par exemple, blé, seigle, orge et avoine).

  • Céleri
  • Lupin
  • Moutarde
  • Sulfites (également appelés dioxyde de soufre) (utilisés dans les fruits secs, les produits carnés, les boissons non alcoolisées, etc.)

Quand faut-il introduire les allergènes alimentaires chez les bébés ?

Étonnamment, la réponse à cette question a changé au cours de la dernière décennie. Jusqu’à 2015 environ, les experts recommandaient que les bébés évitent les allergènes tels que l’arachide jusqu’à l’âge de 3 ans. L’idée sous-jacente, fondée sur l’opinion d’experts puisque les études cliniques étaient insuffisantes, était qu’une exposition limitée empêcherait le développement d’allergies.3

Ces recommandations existaient depuis des décennies jusqu’à ce que des études telles que l’étude LEAP (Learning Early About Peanut / Apprentissage rapide des allergies à l’arachide) révèlent de nouvelles découvertes.4 En résumé, l’étude LEAP et d’autres études suggèrent que l’introduction précoce d’aliments allergisants contribue réellement à prévenir le développement d’allergies alimentaires.5 En fait, en ce qui concerne l’allergie à l’arachide, l’introduction d’arachide chez les nourrissons souffrant d’eczéma sévère et / ou d’allergie aux œufs avant l’âge de 12 mois peut réduire le risque d’allergie à l’arachide d’environ 80 %.6

Les nouvelles directives d’introduction des aliments indiquent désormais qu’à quelques exceptions près, les aliments allergisants peuvent être introduits chez les bébés de quatre à six mois. Par la suite, une exposition régulière aux allergènes alimentaires est importante pour maintenir la tolérance.5

Comment faut-il introduire les allergènes alimentaires chez les enfants ?

Lorsque le bébé a entre quatre à six mois, comment introduire les aliments allergisants ? Les experts proposent six points clés.

1. Commencez par des aliments moins allergisants.

Selon l’American Academy of Allergy, Asthma, and Immunology (AAAAI), ces aliments comprennent généralement des fruits (pommes, poires et bananes), des légumes (patates douces, courges et carottes) et des céréales (riz ou avoine). Limiter l’introduction d’un nouvel aliment tous les trois à cinq jours en fonction de la capacité de développement du nourrisson à manger des aliments solides.7

2. Introduire progressivement des allergènes alimentaires plus courants.

Une fois que les aliments moins allergisants ont été tolérés, l’AAAAI recommande d’ajouter les œufs, les produits laitiers, l’arachide, les fruits à coque, le poisson et les fruits de mer. À nouveau, introduisez un aliment à la fois sur trois à cinq jours afin de pouvoir facilement identifier les aliments qui provoquent des réactions.7

3. Choisissez des plats à un seul ingrédient et non des combinaisons à plusieurs ingrédients.

Pour vous aider à identifier les causes de toute réaction potentielle, proposez les aliments allergisants individuellement plutôt que dans une recette ou un produit acheté. Par exemple, introduisez des petits morceaux d’œuf cuit au lieu d’un œuf dans un plat cuit avec d’autres ingrédients. Vous pouvez cependant introduire les aliments allergisants accompagnés des fruits et des légumes déjà tolérés par votre bébé.8

4. Tenez compte des risques de suffocation lorsque vous choisissez la texture des aliments.

L’Australian Society of Clinical Immunology and Allergy (ASCIA) nous rappelle que tous les aliments pour bébés doivent être de taille et de texture adaptées au stade de développement de l’enfant. Par exemple, au lieu de noix entières et de morceaux de noix, optez pour des pâtes à tartiner lisses ou des farines de noix pour éviter tout étouffement.9

5. Conservez les aliments allergisants précédemment introduits dans les menus.

Si l’enfant n’a aucune réaction à un aliment allergisant, continuez à l’inclure dans son alimentation normale au moins trois fois par semaine. Bien que les experts n’aient pas identifié de délai ferme pour arrêter ce schéma d’introduction, il est important de conserver les allergènes alimentaires dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée afin de maintenir les niveaux de tolérance aux allergènes de l’enfant.8

6. Introduisez les aliments allergisants à la maison et le matin.

Il est essentiel de surveiller le bébé pour détecter les symptômes d’allergie alimentaire après l’ingestion. Par conséquent, l’ASCIA recommande d’effectuer les introductions alimentaires initiales lorsque vous pouvez plus facilement surveiller le bébé et réagir si nécessaire. Le moment idéal est peu de temps après le réveil de l’enfant, de préférence à la maison plutôt qu’à la crèche ou dans un restaurant.9

Existe-t-il des exceptions à ces directives sur les allergènes alimentaires ?

D’après un article publié dans le journal AACI (Allergy, Asthma & Clinical Immunology) l’arachide, les réactions allergiques alimentaires et les dermatites / eczémas sévères suscitent quelques réserves.

  • Allergies à l’arachide dans les fratries. Les nourrissons ayant un frère ou une sœur plus âgé(e) allergique à l’arachide présentent un risque presque sept fois plus élevé de présenter également une allergie à l’arachide. L’article de l’AACI recommande qu’un médecin examine ces nourrissons avant l’introduction de l’arachide, mais suggère que l’analyse soit effectuée rapidement afin de ne pas manquer l’importante fenêtre d’introduction des aliments située entre quatre et six mois.5
  • Réactions allergiques alimentaires. Les bébés qui présentent une réaction allergique à un aliment doivent être examinés par un médecin avant que le même aliment ne soit de nouveau introduit.5
  • Eczéma / dermatite sévère. Les médecins doivent également examiner les enfants atteints de dermatite / eczéma de gravité modérée à sévère avant l’introduction d’aliments allergisants.5

Quels symptômes devez-vous surveiller lors de l’introduction d’allergènes alimentaires chez les enfants ? 

Les réactions allergiques surviennent généralement dans les minutes à deux heures suivant la consommation de l’allergène.9 Ainsi, dès que le bébé ingère l’allergène, soyez attentif aux symptômes légers, notamment :10

  • urticaire
  • gonflement des lèvres, du visage et / ou des paupières
  • éruption rouge autour de la bouche
  • picotements dans la bouche
  • maux d’estomac
  • vomissements 

Si l’un de ces symptômes survient, arrêtez de donner l’aliment en question et consultez un médecin.9

Vérifiez également s’il s’agit d’une réaction allergique alimentaire plus grave, telle qu’une réaction anaphylactique, qui est une urgence rare mais potentiellement mortelle. Les symptômes de la réaction anaphylactique sont les suivants :10

  • difficulté respiratoire
  • gonflement de la langue
  • serrement de la gorge
  • voix rauque
  • toux ou respiration sifflante
  • collapsus

Appelez immédiatement une ambulance si le bébé montre des signes de réaction anaphylactique.

Y a-t-il quelque chose que les femmes enceintes ou allaitantes peuvent faire pour prévenir les allergies ? 

En ce qui concerne la mère, une alimentation saine pendant la grossesse peut avoir un impact positif sur la santé du bébé. De plus, le lait maternel constitue un excellent aliment, renforce le système immunitaire, est facile à digérer et peu susceptible de déclencher une réaction allergique. Et bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, certains experts estiment que l’allaitement peut réduire l’eczéma précoce, la respiration sifflante et l’allergie au lait de vache.7

Cela dit, le fait d’éviter les allergènes pendant la grossesse ou l’allaitement ne réduit probablement pas le risque d’allergies chez les bébés.5

En ce qui concerne le lait maternisé, il existe des preuves contradictoires concernant les formules hydrolysées (qui contiennent des protéines de lait décomposées en petits morceaux, les rendant plus faciles à digérer pour les bébés).

Certaines sources, comme un article du Journal of Allergy and Clinical Immunology, indiquent que les formules hydrolysées peuvent aider à prévenir l’allergie au lait de vache.11 Toutefois, d’autres études, y compris un article dans la même publication du JACI, suggèrent qu’elles ne sont pas recommandées pour la prévention des maladies allergiques.12 Conclusion : Parlez à votre pédiatre pour évaluer les différents laits maternisés si nécessaire.

Quand faudrait-il faire un dépistage sanguin des allergies alimentaires ?

Des sources telles que la Canadian Pediatric Society découragent les tests allergiques de routine avant l’introduction des aliments, car des résultats positifs peuvent être faussement interprétés comme une allergie. Une telle conclusion pourrait entraîner un retard inutile dans l’introduction d’aliments allergisants et vous faire manquer la fenêtre d’introduction importante qui se situe entre les quatre à six mois du bébé.3

La seule exception peut être les nourrissons présentant un risque élevé d’allergie à l’arachide, c’est-à-dire ceux souffrant d’eczéma sévère et / ou d’allergie aux œufs. Dans ce cas, des tests précoces tels qu’un test sanguin d’IgE spécifiques pour l’arachide peuvent être recommandés.3 Encore une fois, parlez-en avec votre pédiatre pour déterminer la meilleure marche à suivre.

Si vous avez manqué la fenêtre d’introduction de quatre à six mois ou si l’enfant est plus âgé et présente des symptômes d’allergie, le test sanguin des déclencheurs d’allergies peut être un outil important dans votre arsenal. En définitive, pour aider l’enfant à éviter ses déclencheurs d’allergie, vous devez d’abord les comprendre. En particulier, étant donné que la sévérité des allergies peut passer de manière inattendue de symptômes légers à des réactions allergiques potentiellement mortelles, telles que les réactions anaphylactiques, il est primordial de comprendre les facteurs déclencheurs.

Associé à l’histoire clinique et à l’examen médical, un simple dosage appelé test sanguin d’IgE spécifiques peut aider votre médecin à diagnostiquer les allergies de l’enfant. 

  1. United States Food and Drug Administration [Internet]. Washington, DC; 2022 Feb 17. Available from: https://www.fda.gov/food/food-labeling-nutrition/food-allergies#:~:text=To%20protect%20those%20with%20food,are%20more%20specific%20labeling%20requirements.
  2. Food Safety Authority of Ireland. Dublin, Ireland: 2014 Sept 17. Available from: https://www.fsai.ie/legislation/food_legislation/food_information/14_allergens.html
  3. Chan ES, Abrams EM, Hildebrand KJ, Watson W. Early introduction of foods to prevent food allergy. Allergy Asthma Clin Immunol. 2018 Sep 12;14(Suppl 2):57. doi: 10.1186/s13223-018-0286-1. PMID: 30275847; PMCID: PMC6157280. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6157280/.
  4. Immune Tolerance Network [Internet]. Funded by National Institute of Allergy and Infectious Diseases. Accessed July 2022. Available from: https://www.leapstudy.co.uk/leap-0#.Yu1aKHbMItg.
  5. Abrams EM, Becker AB. Food introduction and allergy prevention in infants. CMAJ. 2015 Nov 17;187(17):1297-1301. doi: 10.1503/cmaj.150364. Epub 2015 Oct 19. PMID: 26482448; PMCID: PMC4646750. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4646750/
  6. Australasian Society of Clinical Immunology and Allergy [Internet]. Brookvale, NSW, Australia: Australasian Society of Clinical Immunology and Allergy. 2017 Nov. Available from: chrome-extension://efaidnbmnnnibpcajpcglclefindmkaj/https://www.allergy.org.au/images/stories/pospapers/ASCIA_HP_guide_introduction_peanut_infants_2017.pdf
  7. American Academy of Allergy Asthma & Immunology [Internet]. Milwaukee, WI: American Academy of Allergy Asthma & Immunology; 2022. Available from: https://www.aaaai.org/tools-for-the-public/conditions-library/allergies/prevention-of-allergies-and-asthma-in-children#:~:text=Solid%20foods%20should%20be%20introduced,baby's%20risk%20of%20developing%20allergies.
  8. Children’s Health [Internet]. Dallas, TX: Children’s Health. Accessed July 2022. Available from: https://www.childrens.com/health-wellness/tips-for-introducing-common-food-allergens-to-your-baby#:~:text=Protein%2Dpacked%20tofu%20and%20edamame,crab%2C%20clams%2C%20etc.
  9. Australasian Society of Clinical Immunology and Allergy [Internet]. Brookvale, NSW, Australia: Australasian Society of Clinical Immunology and Allergy. 2020 Nov. Available from: https://www.allergy.org.au/patients/allergy-prevention/ascia-how-to-introduce-solid-foods-to-babies.
  10. Pregnancy Birth & Baby [Internet]. Australian government. Accessed July 2022. Available from: https://www.pregnancybirthbaby.org.au/introducing-allergy-foods#:~:text=Start%20with%20one%20allergy%20food,in%20with%20some%20vegetable%20puree.
  11. Fleischer DM, Spergel JM, Assa'ad AH, Pongracic JA. Primary prevention of allergic disease through nutritional interventions. J Allergy Clin Immunol Pract. 2013 Jan;1(1):29-36. doi: 10.1016/j.jaip.2012.09.003. Epub 2012 Nov 22. PMID: 24229819. Available from: https://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S2213-2198(12)00014-1.
  12. Netting, Merryn & Campbell, Dianne & Koplin, Jennifer & Beck, Kathy & Mcwilliam, Vicki & Dharmage, Shyamali & Tang, Mimi & Ponsonby, Anne-Louise & Prescott, Susan & Vale, Sandra & Loh, Richard & Makrides, Maria & Allen, Katrina. (2017). An Australian Consensus on Infant Feeding Guidelines to Prevent Food Allergy: Outcomes From the Australian Infant Feeding Summit. The Journal of Allergy and Clinical Immunology: In Practice. 5. 10.1016/j.jaip.2017.03.013.  Available from: chrome-extension://efaidnbmnnnibpcajpcglclefindmkaj/https://www.jaci-inpractice.org/action/showPdf?pii=S2213-2198%2817%2930184-8.