Fiches techniques sur les allergènes

Cladosporium herbarum : Faits, symptômes et traitement des allergènes

Year round
Year round
Allergy Insider

Cladosporium herbarum

Cladosporium est une source majeure d’allergie aux moisissures inhalées, ce qui signifie que les personnes sensibilisées à C. herbarum peuvent ressentir des symptômes après avoir respiré ses spores.1,2 Bien qu’elle soit considérée comme une moisissure extérieure saisonnière que l’on trouve dans le monde entier principalement sur les plantes, dans le sol et sur les aliments, elle peut également coloniser une multitude de surfaces intérieures.3-5 En effet, Cladosporium fait partie des trois champignons les plus répandus dans l’air d’intérieur (avec Penicillium et Aspergillus). Cela dit, les concentrations intérieures de cette moisissure semblent augmenter parallèlement à l’augmentation des concentrations extérieures.6

De croissance relativement lente, Cladosporium se présente sous différentes couleurs, notamment brun olive, marron, brun, beige et gris.7 La production de ses spores relativement sèches culmine généralement l’après-midi, ce qui peut augmenter les symptômes d’exposition à l’extérieur.8 En termes de prévalence, les études varient considérablement, mais une étude basée sur des tests cutanés a révélé une sensibilisation allergique chez 42 % des enfants de moins de 4 ans.9

Où trouve-t-on Cladosporium ?

Bien que les espèces de Cladosporium soient abondantes dans le monde, elles sont dominantes dans les climats tempérés.14 Pour Cladosporium herbarum, la température optimale de croissance est de 18 à 28°C (environ 64 à 82°F), mais elle peut pousser à des températures inférieures à 0°C (32°F) et peut même vivre sur de la viande congelée.9 Présente principalement sur les plantes, dans le sol et sur les aliments, C. herbarum peut également coloniser une multitude de surfaces intérieures telles que les vitres et l’isolation des systèmes de chauffage et de refroidissement.3,5 C’est parce que la moisissure se reproduit via les spores, qui peuvent être transportées par l’air, l’eau et les insectes.10,15 Ainsi, même si un champignon provient de l’extérieur, il peut souvent pénétrer dans une habitation par divers moyens, notamment les portes, les fenêtres, les systèmes d’aération et les systèmes de chauffage et de climatisation.16

Cette moisissure peut être clairement visible à certains moments, mais à d’autres moments, elle est indétectable à l’œil nu. On la trouve souvent dans les salles de bains et les sous-sols et sur des surfaces telles que les tissus, le bois, le papier peint, les tapis, les moquettes, les rebords de fenêtre, les grilles, les meubles rembourrés, les robinets et les rideaux. Cladosporium est extrêmement répandu à l’intérieur. Dans le cadre de certaines études sur la pollution atmosphérique, toutes les maisons testées au Canada contenaient des spores de Cladosporium, tout comme 70 % des maisons américaines ayant subi les mêmes tests.9

Préparez votre prochaine visite avec votre médecin. 

Remplissez notre outil de suivi des symptômes

Pour en savoir plus sur les tests d’IgE spécifiques pour l’allergie.

En savoir plus

Y a-t-il d’autres allergènes auxquels je pourrais être sensibilisé(e) ?*

Certaines personnes allergiques à Cladosporium herbarum ressentent également des symptômes lorsqu’elles sont exposées à d’autres types de moisissures. C’est ce qu’on appelle la réactivité croisée ; ce phénomène se produit lorsque le système immunitaire de votre corps identifie les protéines ou les molécules présentes dans différentes substances comme étant structurellement similaires ou biologiquement liées, déclenchant ainsi une réponse.6

*Ces produits peuvent ne pas être approuvés pour une utilisation clinique dans votre pays. Veuillez consulter votre médecin pour connaître la disponibilité de ces produits.

Comment gérer mon allergie ?

Si vous êtes allergique aux moisissures, votre médecin peut vous recommander un plan de gestion des symptômes qui comprend les éléments suivants.2,10,18,19

  • Limitez votre temps à l’extérieur pendant les saisons où les moisissures sont particulièrement présentes.
  • Portez un masque lorsque vous manipulez ou déplacez des matières végétales et évitez de ratisser et de brûler les feuilles sèches.
  • Évitez les granges, les silos, le foin, la paille et la mousse de tourbe.
  • Utilisez un accessoire de filtre certifié pour l’asthme et les allergies sur votre appareil de chauffage et de climatisation et changez régulièrement les filtres.
  • Utilisez des déshumidificateurs pour abaisser les niveaux d’humidité intérieure à moins de 45 % afin de créer un environnement où les moisissures sont moins susceptibles de se développer.
  • Améliorez la circulation de l’air dans les pièces en ouvrant les portes entre les espaces, en éloignant les meubles des murs et en faisant fonctionner les ventilateurs.
  • Utilisez des ventilateurs extracteurs dans les salles de bains et les cuisines pour extraire l’humidité des pièces.
  • Réparez les fuites des systèmes de plomberie, vérifiez l’absence de condensation sur les fenêtres et éliminez les sources d’humidité.
  • Réparez les fuites de toit, nettoyez les gouttières et assurez-vous que l’eau de pluie s’écoule loin de votre logement.
  • Procédez à des nettoyages méticuleux et réguliers, y compris des éviers et baignoires, des joints de porte de réfrigérateur et des poubelles.
  • Retirez rapidement les vêtements des machines à laver et nettoyez régulièrement les joints en caoutchouc.
  • Éliminez les sources d’humidité dans les sous-sols, telles que les fuites de tuyaux et les infiltrations d’eau souterraine.
  • Faites fonctionner la ventilation pendant et après les douches et bains.
  • Retirez tous les tapis et moquettes des salles de bain et des sous-sols.

Votre médecin peut vous demander de prendre l’un des médicaments suivants pour diminuer vos symptômes d’allergie :

  • Les antihistaminiques sont fréquemment utilisés pour réduire les symptômes tels que les éternuements, les démangeaisons et l’écoulement nasal.
  • Les corticostéroïdes nasaux sont utilisés pour réduire les symptômes nasaux et bloquer les réactions allergiques.
  • Les décongestionnants par voie orale et nasale peuvent être utilisés pour soulager la congestion.
  • L’utilisation d’un anti-inflammatoire comme le montélukast peut être efficace dans le traitement de l’allergie aux moisissures.
  • Le lavage nasal quotidien à l’aide d’un flacon souple rempli d’eau salée peut aider à éliminer les irritants et à soulager les symptômes nasaux.

Vous souhaitez obtenir plus d’informations sur les allergies et des conseils sur la prise en charge ?

Consultez la section Vivre avec des allergies

Symptômes courants

Les symptômes d’allergie aux moisissures peuvent être légers à graves et varient d’une personne à l’autre.2 Les réactions peuvent se produire presque immédiatement après l’exposition, ou elles peuvent être différées, c’est-à-dire avoir lieu un certain temps après l’exposition. Les symptômes sont plus fréquents du milieu de l’été au début de l’automne. Mais sachant que les moisissures se développent à la fois à l’intérieur et à l’extérieur, des réactions allergiques peuvent survenir toute l’année.10

Les symptômes incluent généralement un ou plusieurs des éléments suivants :2,11

  • Congestion nasale
  • Nez qui coule
  • Éternuements
  • Yeux irrités et qui pleurent
  • Toux
  • Respiration sifflante
  • Démangeaisons des yeux, du nez et de la gorge
  • Peau sèche et squameuse

La sensibilisation aux moisissures est également un facteur de risque majeur pour le développement de maladies des voies respiratoires supérieures et inférieures telles que la rhinite allergique (rhume des foins) et l’asthme allergique.4,12

Un petit pourcentage d’asthmatiques allergiques aux moisissures inhalées peuvent également développer une urticaire (éruption cutanée) allergique lorsqu’ils mangent ou boivent des aliments contenant de la levure ou des moisissures.13 Outre la provocation de réactions allergiques, les moisissures peuvent entraîner des infections ainsi que des réactions toxiques.3

Comment savoir si je suis allergique ?*

Parallèlement à votre histoire clinique, des tests cutanés ou des tests sanguins d’IgE spécifiques peuvent aider à déterminer si vous êtes sensibilisé(e) à un allergène particulier. Si vous avez reçu un diagnostic d’allergie, votre médecin vous proposera un plan de prise en charge des symptômes.

*Ces produits peuvent ne pas être approuvés pour une utilisation clinique dans votre pays. Veuillez consulter votre médecin pour connaître la disponibilité de ces produits.

Existe-t-il un risque de réaction grave ?

Il n’existe pas de rapports fiables dans la littérature médicale documentant l’exposition intérieure aux moisissures comme cause d’anaphylaxie.17 Cependant, l’exposition et la sensibilisation aux allergènes fongiques peuvent favoriser le développement et l’aggravation de maladies allergiques telles que la rhinite allergique et l’asthme.6

  1. Pomés A, Chapman MD, Wünschmann S. Indoor Allergens and Allergic Respiratory Disease. Curr Allergy Asthma Rep. 2016 Jun;16(6):43. doi: 10.1007/s11882-016-0622-9. PMID: 27184001; PMCID: PMC4976688.
  2. Mayo Clinic [Internet]. Rochester, MN: Mayo Foundation for Medical Education and Research; 2019 Apr 3. Disponible à l’adresse suivante : https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/mold-allergy/symptoms-causes/syc-20351519.
  3. Storey E. Guidance for clinicians on the recognition and management of health effects related to mold exposure and moisture indoors. Farmington, CT: University of Connecticut Health Center, Division of Occupational and Environmental Medicine, Center for Indoor Environments and Health; 2004.
  4. Ozdemir O (2015) Molds and Respiratory Allergy - Part 1. MOJ Immunol 2(2): 00045. DOI: 10.15406/moji.2015.02.00045. Disponible à l’adresse suivante : https://medcraveonline.com/MOJI/MOJI-02-00045.pdf.
  5. Piecková E, Jesenská Z. Microscopic fungi in dwellings and their health implications in humans. Ann Agric Environ Med. 1999;6(1):1-11. PMID: 10384209. Disponible à l’adresse suivante : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/10384209.
  6. Fukutomi, Yuma & Taniguchi, Masami. (2015). Sensitization to fungal allergens: Resolved and unresolved issue. Allergology International. 145. 10.1016/j.alit.2015.05.007. Disponible à l’adresse suivante : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1323893015001161?via%3Dihub.
  7. Mycology Online [Internet]. Adelaide, Australia: The University of Adelaide; 2016 Dec 15. Disponible à l’adresse suivante : https://mycology.adelaide.edu.au/descriptions/hyphomycetes/cladosporium.
  8. Baxi SN, Phipatanakul W. The role of allergen exposure and avoidance in asthma. Adolesc Med State Art Rev. 2010 Apr;21(1):57-71, viii-ix. PMID: 20568555; PMCID: PMC2975603. Disponible à l’adresse suivante : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2975603.
  9. Ward J., Leduc C. Mold Busters [Internet]. Ottowa, ON, Canada: Bust Mold Inc.; 2019 Jan 4 [2019 May 17]. Disponible à l’adresse suivante : https://www.bustmold.com/resources/mold-library/cladosporium.
  10. Asthma and Allergy Foundation of America [Internet]. Arlington, VA: Asthma and Allergy Foundation of America; 2015 Oct. Disponible à l’adresse suivante : https://www.aafa.org/mold-allergy.
  11. American College of Allergy, Asthma & Immunology [Internet]. Arlington Heights, IL: American College of Allergy, Asthma & Immunology; 2018 Apr 23. Disponible à l’adresse suivante : https://acaai.org/allergies/types/mold-allergy.
  12. Simon-Nobbe B, Denk U, Pöll V, Rid R, Breitenbach M. The spectrum of fungal allergy. Int Arch Allergy Immunol. 2008;145(1):58-86. doi: 10.1159/000107578. Epub 2007 Aug 20. PMID: 17709917. Disponible à l’adresse suivante : https://www.karger.com/Article/FullText/107578.
  13. GI Society [Internet]. Vancouver, BC, Canada: Canadian Society of Intestinal Research; 2004 Mar/Apr. Disponible à l’adresse suivante : https://badgut.org/information-centre/health-nutrition/yeast-and-mould-allergy.
  14. Knutsen AP, Bush RK, Demain JG, Denning DW, Dixit A, Fairs A, Greenberger PA, Kariuki B, Kita H, Kurup VP, Moss RB, Niven RM, Pashley CH, Slavin RG, Vijay HM, Wardlaw AJ. Fungi and allergic lower respiratory tract diseases. J Allergy Clin Immunol. 2012 Feb;129(2):280-91; quiz 292-3. doi: 10.1016/j.jaci.2011.12.970. PMID: 22284927. Disponible à l’adresse suivante : https://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0091-6749(11)02939-3.
  15. United States Department of Agriculture [Internet]. [lieu inconnu] : United States Department of Agriculture; 2013 Aug. Disponible à l’adresse suivante : https://www.fsis.usda.gov/wps/wcm/connect/a87cdc2c-6ddd-49f0-bd1f-393086742e68/Molds_on_Food.pdf?MOD=AJPERES#:~:text=The%20spores%20give%20mold%20the%20color%20you%20see.&text=Foods%20that%20are%20moldy%20may,that%20can%20make%20you%20sick.
  16. Centers for Disease Control and Prevention [Internet]. Atlanta, GA: National Center for Environmental Health; 2020 Aug 11. Disponible à l’adresse suivante : https://www.cdc.gov/mold/faqs.htm.
  17. Bush RK, Portnoy JM, Saxon A, Terr AI, Wood RA. The medical effects of mold exposure. J Allergy Clin Immunol. 2006 Feb;117(2):326-33. doi: 10.1016/j.jaci.2005.12.001. Erratum dans : J Allergy Clin Immunol. 2006 Jun;117(6):1373. Erratum dans : J Allergy Clin Immunol. 2014 Nov;134(5):1217. PMID: 16514772. Disponible à l’adresse suivante : https://www.jacionline.org/article/S0091-6749(05)02591-1/fulltext.
  18. Mayo Clinic [Internet]. Rochester, MN: Mayo Foundation for Medical Education and Research; 2019 Apr 3. Disponible à l’adresse suivante : https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/mold-allergy/diagnosis-treatment/drc-20351525.
  19. Nationwide Children’s Hospital [Internet]. Columbus, OH: Nationwide Children’s Hospital; 1976 [2018 Oct]. Disponible à l’adresse suivante : https://www.nationwidechildrens.org/conditions/allergy-to-mold.