banner-diseases-aquaculture-r3

Maladies de la crevette

Virus de la nécrose hypodermique et hématopoïétique infectieuse (IHHNV)Retour

Épidémiologie
L’IHHNV est un ADN simple brin linéaire d’une taille estimée à 4,1 kb. L’IHHNV est considéré comme un membre de la famille des Parvoviridae, du genre Brevidensovirus. La plupart des espèces de pénéides peuvent être infectées par l’IHHNV, notamment les principales espèces d’élevage, P. monodon (crevette tigrée), P. vannamei (crevette blanche du Pacifique) et P. stylirostris (crevette bleue du Pacifique).

Il a été découvert qu’une grande partie du génome de l’IHHNV est insérée dans le génome de certaines lignées génétiques de P. monodon. Aucune donnée n’indique que cette variante de l’IHHNV est infectieuse.

Signes
L’IHHNV est responsable du syndrome de déformation de l’avorton (RDS) chez les P. vannamei, une maladie chronique essentiellement caractérisée par une croissance réduite et irrégulière, ainsi que par des déformations cuticulaires, plutôt que par des mortalités. L’infection des P. monodon par l’IHHNV est généralement subclinique, mais le RDS, ainsi qu’une réduction des taux de croissance et des performances de culture, ont été constatés dans des stocks infectés par l’IHHNV.

Les exigences réglementaires varient d’un pays à l’autre ; il est possible que certains produits ne soient pas disponibles dans votre zone géographique.

Produit
4486974 Kit de détection du VIRUS DE LA NÉCROSE
HYPODERMIQUE ET HÉMATOPOÏÉTIQUE INFECTIEUSE (IHHNV)
100 rxn Real-time PCR Commander maintenant

Virus de la myonécrose infectieuse (IMNV)Retour

Épidémiologie
L’IMNV est un totivirus étroitement lié au virus du parasite lamblia, membre de la famille des Totiviridae. Le génome de l’IMNV se compose d’une seule molécule d’ARN double brin de 7560 bp. La principale espèce hôte dans laquelle l’IMNV est connu pour provoquer des épidémies de la maladie ainsi qu’une mortalité importantes dans les populations d’élevage est P. vannamei.

Signes
La crevette en phase aigüe d’IMNV présente des zones nécrotiques blanches focales ou étendues au niveau des muscles (squelettiques) striés, notamment dans les segments abdominaux distaux et l’éventail caudal ; ces zones peuvent se nécroser et rougir chez certaines crevettes. Les crevettes gravement touchées peuvent devenir moribondes, et la mortalité peut être élevée tout de suite après un stress et perdurer pendant plusieurs jours.

Les exigences réglementaires varient d’un pays à l’autre ; il est possible que certains produits ne soient pas disponibles dans votre zone géographique.

Produit
4486968 Kit de détection du VIRUS DE LA MYONÉCROSE INFECTIEUSE (IMNV) 100 rxn Real-time PCR Commander maintenant

Virus du syndrome de Taura (TSV)Retour

Épidémiologie
Le génome du TSV est constitué d’un ARN simple brin linéaire de sens positif de 10 205 nucléotides. Le TSV a été répertorié comme une espèce non classée de la famille des Dicistroviridae dans le dernier rapport du Comité international de taxonomie des virus.

Les principales espèces hôtes sur lesquelles le TSV peut provoquer des épidémies de la maladie ainsi qu’une mortalité importantes sont Penaeus vannamei et P. stylirostris.

Signes
Les crevettes infectées présentent de l’anorexie, de la léthargie et un comportement de nage erratique. Elles présentent également une opacification de la musculature de la queue, une cuticule souple et, dans le cas d’une infection survenue naturellement, une queue de couleur rouge en raison du développement des chromatophores rouges. Au cours de cette phase, le taux de mortalité peut atteindre 95 %.

Les exigences réglementaires varient d’un pays à l’autre ; il est possible que certains produits ne soient pas disponibles dans votre zone géographique.

Produit
4486962 Kit de détection du VIRUS DU SYNDROME DE TAURA (TSV) 100 rxn Real-time PCR Commander maintenant

Virus de la tête jaune (YHV)Retour

Épidémiologie
Le virus de la tête jaune (YHV) et d’autres génotypes du complexe de la tête jaune sont classés par le Comité international de taxonomie des virus comme une espèce unique (virus associé aux branchies) appartenant au genre Okavirus, de la famille des Roniviridae, ordre des Nidovirales. L’YHV (génotype 1) est l’un des six génotypes connus du complexe des virus de la tête jaune et le seul agent connu de maladie de la tête jaune.

L’YHV est très contagieux pour la plupart des espèces connues de crevettes pénéides d’élevage. Des infections naturelles ont été relevées sur les crevettes tigrées (P. monodon) et P. setiferus.

Signes
Les principaux signes de crevettes porteuses de l’YHV sont :

  • Une période initiale de consommation d’aliments exceptionnellement élevée, suivie d’un arrêt brusque de l’alimentation et d’une augmentation du taux de mortalité dans la population (pas toujours observée).
  • Les crevettes léthargiques ou moribondes s’accumulent à la surface et en bordure du bassin, et leur comportement de nage est lent ou erratique.
  • La région du céphalothorax peut être jaunâtre en raison de la couleur jaune clair de l’hépatopancréas sous-jacent et anormalement mou (pas toujours visible).
  • Couleur globale du corps d’apparence toujours anormalement claire ou blanchie.

Les exigences réglementaires varient d’un pays à l’autre ; il est possible que certains produits ne soient pas disponibles dans votre zone géographique.

Produit
4486967 Kit de détection du VIRUS DE LA TÊTE JAUNE (YHV) 100 rxn Real-time PCR Commander maintenant

Virus du syndrome des points blancs (WSSV)

Épidémiologie
Le virus du syndrome des points blancs (WSSV) est un virus à ADN double brin en forme de bâtonnet appartenant à la famille des Nimaviridae, du genre Whispovirus. La gamme d’hôtes du WSSV est extrêmement large. Le virus peut toucher un large éventail de crustacés aquatiques, en particulier les décapodes, et notamment les crevettes, crabes, écrevisses et homards d’eau de mer, d’eau saumâtre et d’eau douce.

Signes
Les signes cliniques chez les crevettes pénéides infectées sont :

  • Réduction soudaine de l’alimentation, présence d’un comportement léthargique
  • Décoloration rouge chez P. monodon, L. vannamei et L. stylirostris.
  • Coques molles et détachées
  • Points blancs de 0,5 à 2 mm sous la cuticule (moins courant chez les pénéides de l’hémisphère occidental)
  • Taux de mortalité pouvant atteindre 100 % dans les 3 jours suivant l’apparition des signes de la maladie.

Les exigences réglementaires varient d’un pays à l’autre ; il est possible que certains produits ne soient pas disponibles dans votre zone géographique.

Produit
4486964 Kit de détection du VIRUS DU SYNDROME DES POINTS BLANCS (WSSV) 100 rxn Real-time PCR Commander maintenant

Maladies du poisson

Virus de l’anémie infectieuse du saumon (ISAV)Retour

Épidémiologie
L’ISAV est un virus enveloppé dont le génome se compose de huit segments d’ARN simple brin à polarité négative. Les propriétés morphologiques, physiochimiques et génétiques de l’ISAV sont conformes à celles de la famille des Orthomyxoviridae, et l’ISAV a été classé comme espèce type du genre Isavirus au sein de cette famille de virus.

Des épidémies naturelles d’ISAV ont uniquement été enregistrées chez le saumon atlantique d’élevage et le saumon Coho (Oncorhynchus kisutch) du Chili. Chez le saumon atlantique, les flambées épidémiques sont principalement constatées dans les cages d’eau de mer, et seuls quelques cas ont été signalés au stade d’eau douce, notamment un cas chez un alevin vésiculé.

Signes
Les signes cliniques de l’ISAV sont :

  • Mortalité accrue
  • Poisson léthargique
  • Pâleur des branchies due à une anémie
  • Hémorragie de la chambre oculaire antérieure
  • Exophthalmie

Les exigences réglementaires varient d’un pays à l’autre ; il est possible que certains produits ne soient pas disponibles dans votre zone géographique.

Produit
4486956 Kit de détection du VIRUS DE L’ANÉMIE INFECTIEUSE DU SAUMON 100 rxn Real-time PCR Commander maintenant

Virus herpétique de la carpe koï (KHV)Retour

Épidémiologie
Le virus herpétique de la carpe koï (KHVD) est une infection par le virus de l’herpès capable d’induire une virémie contagieuse et aigüe chez la carpe commune (Cyprinus carpio) et certaines variétés telles que la carpe koï et la carpe fantôme. Le virus est très contagieux et peut entraîner une mortalité de 100 %.

Le KHV est un virus à ADN double brin de 295 kb de la famille des Herpesviridae et d’un genre non classé.

Signes
Les signes cliniques du KVH sont :

  • Comportement léthargique ou erratique
  • Perte d’équilibre
  • Perte de mucus se traduisant par des zones sèches et rugueuses
  • Encrassement du mucus et yeux enfoncés
  • Taches nécrotiques de tissus morts dans les branchies
  • Souvent, infection secondaire par des bactéries et des champignons

Les exigences réglementaires varient d’un pays à l’autre ; il est possible que certains produits ne soient pas disponibles dans votre zone géographique.

Produit
4486957 Kit de détection du VIRUS HERPÉTIQUE DE LA CARPE KOÏ 100 rxn Real-time PCR Commander maintenant

Nécrose hématopoïétique infectieuse (IHN)Retour

Aperçu
La maladie IHN appartient à la famille des Rhabdoviridae et est une maladie soumise à déclaration auprès de l’OIE. Elle prédomine dans les populations de salmonidés du Nord-Ouest du Pacifique et en Alaska, et a été signalée en Asie et en Europe, la majorité des épizooties étant attribuée à l’importation d’œufs ou d’alevins infectés.

Si l’omble chevalier et le touladi semblent être résistants à l’IHN, la maladie a été rencontrée chez diverses sous-espèces de truite (fardée et arc-en-ciel) et de saumon (rouge, quinnat, kokani et d’Atlantique).

Les épidémies d’IHN se déclarent généralement à des températures d’eau comprises entre 10 et 12 °C et touchent habituellement les alevins (poissons âgés de < 2 mois), qui peuvent connaître un taux de mortalité de > 90 % s’ils souffrent d’une forme aigüe de la maladie. Outre l’âge, la densité, les températures de l’eau et les conditions de transport en surnombre constituent des facteurs de risque supplémentaires.

Signes
Les animaux malades peuvent manifester une multitude de signes, allant de branchies pâles et d’une coloration sombre à des fèces mucoïdes et une distension abdominale, en passant par une léthargie avec hyperexcitabilité sporadique.

Risque pour la santé humaine
L’IHN ne semble pas présenter de risque zoonotique.

Impact économique
Les épidémies aigües peuvent engendrer des taux de mortalité élevés, ce qui peut avoir des répercussions économiques importantes dans les environnements d’élevage où les truites arc-en-ciel sont présentes en grand nombre. De plus, les saumons de l’Atlantique et du Pacifique peuvent être touchés par des épidémies aigües d’IHN.

Les exigences réglementaires varient d’un pays à l’autre ; il est possible que certains produits ne soient pas disponibles dans votre zone géographique.

Produit
4486954 Kit de détection du VIRUS DE LA NÉCROSE HÉMATOPOÏÉTIQUE INFECTIEUSE 100 rxn Real-time PCR Commander maintenant

Nécrose pancréatique infectieuse (IPN)Retour

Aperçu
Provoquée par un birnavirus, l’IPN est une maladie contagieuse systémique qui touche le fretin et les alevins de salmonidés. L’IPN a été signalée dans le monde entier, à l’exception de l’Islande et de l’Australie, et est une maladie qui est transmise tant verticalement qu’horizontalement.

Un grand nombre d’espèces sont particulièrement exposées à l’IPN, notamment la truite arc-en-ciel, la truite mouchetée, le bar, la limande à queue jaune, le turbot, les anguilles d’eau douce et les invertébrés aquatiques (mollusques et crustacés). Une morbidité et une mortalité sont généralement observées chez les jeunes animaux (< 3 grammes).

Signes
Les animaux atteints peuvent présenter plusieurs signes visibles, notamment des comportements de nage en alambiqués, une coloration foncée, une exophtalmie et des pétéchies externes. Les poissons touchés peuvent également être ataxiques et anorexiques.

Risque pour la santé humaine
L’IPN ne semble pas présenter de risque zoonotique.

Impact économique
L’IPN peut avoir un impact économique considérable sur les poissons d’élevage, en particulier sur les salmonidés. Dans ce cas, les coûts peuvent être attribués aux taux de mortalité élevés des jeunes poissons qui ont été infectés par la maladie, ou à la destruction des stocks infectés, même en l’absence de maladie. En outre, les aquaculteurs peuvent être confrontés à une situation économique précaire suite aux considérations réglementaires qui limitent le transport de poissons porteurs de l’IPNV entre les frontières locales, régionales et/ou nationales. Le plus souvent, les restrictions de transport et/ou la destruction de poissons infectés peuvent avoir des effets économiques plus néfastes que les pertes associées à la mortalité directe.

Virémie printanière de la carpe (SVC)Retour

Aperçu
La SVC est provoquée par Rhabdovirus carpio et constitue une maladie aigüe, virulente et soumise à déclaration auprès de l’OIE qui concerne les carpes d’élevage. Elle touche diverses espèces de carpe (commune, koï, carcassin, à grosse tête, argentée et herbivore) et a été signalée dans l’ex-Union soviétique, en Europe et aux États-Unis.

Les poissons infectés partagent le virus par les selles, l’urine et le mucus des branchies, ainsi que les exsudats de vésicules cutanées. La transmission se fait par l’eau ou par contact direct.

La SVC infectieuse peut se développer dans l’eau pendant > 4 semaines à une température de 10 °C, et persister dans la vase pendant > 6 semaines à une température de 4 °C. Il existe plusieurs vecteurs connus, tels que les arthropodes aquatiques (poux de la carpe et sangsues) et les oiseaux piscivores.

Signes
Les animaux atteints peuvent présenter une multitude de signes, incluant, sans limitation, une coloration foncée, des branchies pâles, une hémorragie, une hypertrophie des yeux et un gonflement de l’abdomen. Les poissons infectés peuvent également développer un orifice anal saillant avec des matières fécales mucoïdes épaisses.

Risque pour la santé humaine
La SVC ne semble pas présenter de risque zoonotique.

Impact économique
Étant donné la nature hautement contagieuse de cette maladie virale chez les carpes d’élevage et le taux de mortalité de 90 % associé à la maladie chez les jeunes poissons, les épidémies de SVC peuvent engendrer des pertes économiques importantes.

Virus de la septicémie hémorragique virale (VHSV)Retour

Épidémiologie
La VHS est une maladie observée chez la truite arc-en-ciel d’élevage, le turbot d’élevage, la limande japonaise d’élevage, ainsi que chez un vaste éventail d’espèces sauvages d’eau douce et marines (par ex., le saumon d’Atlantique) ; elle est due au VHSV, un virus appartenant au genre Novirhabdovirus, de la famille des Rhabdoviridae.

Diverses souches de VHSV peuvent affecter des espèces de façon différente. Les virions présentent une forme d’ogive et contiennent un génome d’ARN simple brin à sens négatif d’environ 11 000 nucléotides.

Signes
Les signes de la maladie incluent :

  • Comportement inactif ou hyperactif
  • Branchies et organes internes pâles
  • Abdomen gonflé
  • Yeux globuleux
  • Couleur de corps sombre
  • Fluide dans la cavité abdominale

Par ailleurs, il est possible que les poissons atteints du VHSV ne présentent aucun signe externe d’infection. Au niveau interne, le foie, la rate et les intestins peuvent être congestionnés par des hémorragies. C’est généralement le cas des poissons se trouvant à un stade chronique de l’infection.

Les exigences réglementaires varient d’un pays à l’autre ; il est possible que certains produits ne soient pas disponibles dans votre zone géographique.

Produit
4486963 Kit de détection du VIRUS DE LA SEPTICÉMIE HÉMORRAGIQUE VIRALE 100 rxn Real-time PCR Commander maintenant

Virus de la nécrose nerveuse virale (VNNV)Retour

Épidémiologie
L’encéphalopathie et rétinopathie virales (VER), ou nécrose nerveuse virale (VNN), est considérée comme une maladie grave des larves de poisson, des jeunes poissons et parfois des poissons de mer plus âgés. Elle sévit dans le monde entier, excepté en Afrique. À ce jour, la maladie a été observée chez au moins 30 espèces de poissons et touche surtout le bar, les mérous, la carangue, le poisson perroquet, le poisson-globe et le poisson plat.

Le VNNV appartient à la famille des Nodaviridae, du genre Betanodavirus. Le virion est constitué d’un virus icosaédrique non enveloppé d’un diamètre compris entre 20 et 34 nm. Le génome est composé d’un ARN simple brin bisegmenté à sens positif.

Signes
Toutes les maladies sont caractérisées par diverses anomalies neurologiques, telles qu’un comportement de nage erratique (en spirale, en tourbillon ou ventre retourné au repos) et une vacuolisation des tissus nerveux centraux. Généralement, une vacuolisation des couches nucléaires de la rétine est également observée. En règle générale, les poissons plus jeunes présentent des lésions plus graves et un taux de mortalité accru.

Les exigences réglementaires varient d’un pays à l’autre ; il est possible que certains produits ne soient pas disponibles dans votre zone géographique.

 

Produit
4486971 Kit de détection de la NÉCROSE NERVEUSE VIRALE 100 rxn Real-time PCR Commander maintenant

Pour usage vétérinaire uniquement.