Fiches techniques sur les allergènes

Noix de cajou : Faits, symptômes et traitement des allergènes

Food
Food
Allergy Insider

Noix de cajou

Les allergies aux fruits à coque, comme les noix de cajou, sont fréquentes et souvent sévères. Ces types d’allergies se développent généralement vers l’âge de 2 ans, et le nombre de fruits à coque auxquels une personne est allergique peut augmenter avec l’âge.1 Environ 30 % des personnes allergiques aux fruits à coque sont allergiques à plusieurs d’entre eux. Et bien que l’arachide soit en fait une légumineuse, environ 20 à 30 % des personnes allergiques à l’arachide sont également allergiques à un ou plusieurs types de fruits à coque.2 L’arachide et les fruits à coques réunis représentent 70 à 90 % des décès par choc anaphylactique alimentaire signalés. La prévalence de l’allergie aux fruits à coque varie selon l’âge, la région et les définitions utilisées pour le diagnostic, mais cette allergie semble affecter 0,05 à 7,3 % de la population. Et malheureusement, par rapport à d’autres allergies alimentaires, les chances de disparition de ces allergies sont plus faibles et limitées à environ 10 % des personnes sensibilisées.1

Les neuf variétés suivantes sont responsables de la majorité des allergies aux fruits à coque : noix, amandes, pistaches, noix de cajou, noix de pécan, noisettes, noix de macadamia, noix du Brésil et pignons de pin.1 Riches en protéines, les noix de cajou proviennent d’un arbuste ou arbre à feuilles persistantes de la famille des sumacs. Elles sont communément appelées fruits à coque, mais sont en fait des graines alimentaires en forme de haricots épais et incurvés.3 Malgré leur valeur nutritive, les noix de cajou sont une cause fréquente d’allergie. Selon un registre américain des personnes allergiques aux fruits à coque, 20 % des personnes sont allergiques aux noix de cajou. Elle est la deuxième cause la plus fréquente d’allergie aux fruits à coque.1

Où trouve-t-on les noix de cajou ?

Les noix de cajou peuvent se trouver dans des plats asiatiques, produits de boulangerie, bonbons, glaces, beurres, gâteaux, chocolats et pestos.1,8 De plus, les cuisines thaï, indienne et chinoise ont tendance à incorporer des noix de cajou.8 Afin d’améliorer la texture, les noix de cajou sont parfois utilisées comme substitut des pignons de pin, et sont comparativement plus coûteuses.4

Les produits suivants peuvent contenir des fruits à coque et des graines :4 produits de boulangerie, mélanges à pâtisserie, sauces barbecue et pesto, céréales, chocolats, pralines, biscuits salés, vinaigrettes, sauces, cafés aromatisés, desserts congelés, muesli, nougats, poulet aux amandes, pad thaï, chili, truites amandines et giandujas (c.-à-d., chocolat mélangé à des noisettes), massepains (c.-à-d. pâte d’amande), laits d’amande, laits de fruits à coque, huiles de fruits à coque, tartinades (p. ex., fromages à tartiner et tartinades au chocolat et aux fruits à coque tels que le Nutella, qui contient des noisettes), plats végétariens, currys indiens, plats asiatiques, pâtes, liqueurs (p. ex., Amaretto et Frangelico), arômes naturels et extraits naturels (p. ex., extrait d’amande pure), salades, mélanges de fruits à coque et collations.

Notez également que les mots “arômes naturels” et “ingrédients végétaux” peuvent indiquer la présence de fruits à coque ou d’arômes de fruits à coque.6 Les restaurants asiatiques sont particulièrement problématiques, car ils utilisent souvent des fruits à coque et des graines dans leur cuisine ; et comme ils utilisent parfois les mêmes casseroles pour la préparation de plusieurs repas, il existe de fait un risque de contamination croisée.9

Les produits non alimentaires qui peuvent contenir des fruits à coque comprennent :4 sacs à pois (poufs), graines pour oiseaux, cosmétiques, produits de soins capillaires, crèmes solaires, huiles de massage et aliments pour animaux de compagnie.

Préparez votre prochaine visite avec votre médecin. 

Remplissez notre outil de suivi des symptômes

Pour en savoir plus sur les tests d’IgE spécifiques pour l’allergie.

En savoir plus

Y a-t-il d’autres allergènes auxquels je pourrais être sensibilisé(e) ?*

Certaines personnes souffrant d’allergie à la noix de cajou peuvent également présenter des symptômes lors de l’ingestion d’aliments apparemment sans rapport. C’est ce qu’on appelle la réactivité croisée ; ce phénomène se produit lorsque le système immunitaire de votre corps identifie les protéines ou les molécules présentes dans différentes substances comme étant structurellement similaires ou biologiquement liées, déclenchant ainsi une réponse. Les réactivités croisées les plus couramment constatées avec les noix de cajou concernent les aliments d’origine végétale, par exemple les fruits à coque, les fruits, le soja, les légumes et les légumineuses.4

Les noix de cajou et les pistaches partagent des protéines allergéniques similaires, de sorte que les personnes qui réagissent aux noix de cajou peuvent également réagir aux pistaches et inversement.4 Les personnes allergiques aux noix de cajou peuvent également présenter un risque plus élevé d’allergie au poivre rose (aussi appelé poivre du Brésil, baies roses ou faux-poivrier), qui est utilisé comme épice. (Le poivre rose est différent du poivre noir.)5

Si vous souffrez de démangeaisons de la bouche ou des oreilles, d’irritations de la gorge, d’urticaire à la bouche ou d’un gonflement des lèvres, de la bouche, de la langue ou de la gorge après avoir mangé des noix de cajou ou d’autres fruits frais, légumes crus ou fruits à coque apparentés, il est possible que vous souffriez du syndrome d’allergie orale (SAO), parfois appelé syndrome d’allergie pollens-aliments (SAPA). Ce syndrome est causé par la réaction de votre système immunitaire à des protéines ou des molécules similaires, présentes dans les aliments et les pollens.7 Il est assez fréquent ; une étude suggère que jusqu’à 25 % des enfants atteints de rhinite allergique (ou rhume des foins) souffrent également de SAO.10 Les allergies aux pollens courantes qui pourraient causer un SAO lors de la consommation de noix de cajou comprennent les allergies aux arbres (par exemple, le bouleau), aux graminées et aux herbacées.4

Dois-je éviter la noix de cajou sous toutes ses formes ?

Les noix de cajou sont constituées de différents types de protéines qui présentent toutes des caractéristiques différentes et différents niveaux de risque de provoquer des symptômes. Certaines personnes peuvent tolérer les noix de cajou si elles sont fortement chauffées (cuites/grillées), car les températures élevées détruisent (dénaturent) les protéines responsables de l’allergie. Pour d’autres patients, la noix de cajou doit être complètement évitée, car la protéine est stable à la chaleur et pourrait potentiellement provoquer une réaction grave, également appelée anaphylaxie. Votre profil de risque spécifique dépend des protéines de la noix de cajou auxquelles vous êtes allergique.4

*Ces produits peuvent ne pas être approuvés pour une utilisation clinique dans votre pays. Veuillez consulter votre médecin pour connaître la disponibilité de ces produits.

Comment gérer mon allergie ?

Étant donné que l’ingestion accidentelle de fruits à coque et la contamination croisée entre les espèces de fruits à coque sont courantes, l’élimination de tous les fruits à coque de votre alimentation simplifie la prise en charge des allergies. Mais pour mieux déterminer si vous devez éviter tous les fruits à coque ou seulement ceux auxquels vous êtes allergique, consultez votre médecin.1 Il peut également vous recommander une prise en charge de l’allergie qui comprend les éléments suivants.11-14

  • Lisez attentivement la liste des ingrédients et les signalisations “peut contenir” sur les produits alimentaires et non alimentaires, et évitez tous les aliments et produits contenant une forme quelconque de l’allergène. Notez que la liste des ingrédients et les signalisations peuvent ne pas apparaître du même côté de l’emballage d’un produit et que les fabricants changent fréquemment d’ingrédients. Si vous ne parvenez pas à obtenir la liste des ingrédients d’un produit, le plus sûr est de ne pas utiliser ou consommer ce produit.
  • Évitez la contamination croisée lors de la cuisson en utilisant deux jeux d’ustensiles pour la préparation du repas et pour la consommation du repas, dont un exclusivement destiné à la personne allergique. Lavez toute la vaisselle et les ustensiles à l’eau chaude savonneuse entre les utilisations.
  • Élaborez un plan d’action avec une liste de mesures à prendre par vous et les personnes présentes si vous ingérez accidentellement l’allergène. Imprimez un exemplaire du plan et veillez à l’avoir toujours sur vous.
  • Indiquez aux chefs de restaurants votre allergie et commandez des aliments simplement préparés et excluant toute forme d’allergène. Évitez les desserts, car ils contiennent ou ont souvent été en contact avec des allergènes alimentaires.
  • Planifiez tout déplacement pour vous assurer que votre allergie alimentaire sera prise en charge et que tout médicament d’urgence sera toujours disponible.
  • Portez un bracelet d’identification médicale identifiant l’allergène auquel vous êtes allergique.
  • Ayez toujours sur vous tout médicament recommandé ou d’urgence.
  • Indiquez aux enfants souffrant d’allergies alimentaires quels aliments éviter. Consultez les encadrants et le personnel scolaire pour éliminer ou réduire l’exposition à l’allergène et pour vous assurer qu’ils comprennent quand et comment utiliser des médicaments pour traiter les symptômes.

Votre médecin peut vous demander de prendre l’un des médicaments suivants :

  • Auto-injecteur d’adrénaline en cas de signes de réaction grave aiguë, c.-à-d. anaphylaxie (voir ci-dessous). Assurez-vous que les membres de votre famille savent comment l’administrer en cas d’urgence.
  • Antihistaminiques. Ils peuvent être utilisés pour soulager les symptômes bénins (par exemple, les démangeaisons), mais ils n’arrêtent pas la progression d’une réaction allergique.
  • Bronchodilatateur (salbutamol). Il peut être utilisé pour traiter les symptômes respiratoires, en particulier chez les personnes ayant des antécédents de bronchospasme ou d’asthme.

Si vous êtes avec quelqu’un qui fait une réaction allergique et qui montre des signes d’état de choc, agissez rapidement. Vérifiez si la personne présente une peau pâle, fraîche et moite, un pouls faible ou rapide, des difficultés à respirer, des signes de confusion et une perte de conscience. Procédez immédiatement comme suit :

  • Appelez les services d’urgence locaux.
  • Assurez-vous que la personne affectée est allongée avec les jambes surélevées.
  • Administrez de l’adrénaline immédiatement en cas de signe évident d’anaphylaxie.
  • Vérifiez le pouls et la respiration de la personne affectée et administrez une RCR (réanimation cardio respiratoire) ou RCP (réanimation cardio pulmonaire) ou tout autre geste de premiers secours si nécessaire.

Vous souhaitez obtenir plus d’informations sur les allergies et des conseils sur la prise en charge ?

Consultez la section Vivre avec des allergies

Symptômes courants

Les symptômes d’allergie aux fruits à coque surviennent généralement dans les minutes suivant l’ingestion et peuvent aller de l’urticaire à l’anaphylaxie, une réaction potentiellement mortelle qui altère la respiration et peut placer le corps en état de choc.2,6 L’allergie aux fruits à coque représente 18 à 40 % des cas d’anaphylaxie. Ceci est particulièrement problématique, car de nombreuses personnes ne savent pas détecter la présence de fruits à coque. Par exemple, lors d’une étude, seulement la moitié des participants allergiques aux fruits à coque ont correctement identifié toutes les formes de fruits à coque auxquels ils étaient allergiques.1

Les symptômes d’allergie aux fruits à coque peuvent inclure :6

  • Douleurs abdominales, crampes, nausées et vomissements
  • Diarrhées
  • Difficulté à avaler
  • Démangeaisons de la bouche, de la gorge, des yeux, de la peau ou d’autres zones
  • Congestion nasale, écoulement nasal
  • Essoufflement
  • Anaphylaxie, une réaction potentiellement mortelle

Les réactions allergiques aux fruits à coque peuvent également provenir d’une réactivité croisée avec le pollen de bouleau sous la forme du syndrome d’allergie orale (SAO), ou syndrome d’allergie pollens-aliments (SAPA).2,7

Les symptômes du SAO peuvent inclure :7

  • Démangeaisons et urticaire de la bouche
  • Gorge irritée
  • Gonflement des lèvres, de la bouche, de la langue et de la gorge
  • Démangeaisons des oreilles

Comment savoir si je suis allergique ?*

Parallèlement à votre histoire clinique, des tests cutanés ou des tests sanguins d’IgE spécifiques peuvent aider à déterminer si vous êtes sensibilisé(e) à un allergène particulier. Si vous avez reçu un diagnostic d’allergie, votre médecin vous proposera un plan de prise en charge des symptômes.

*Ces produits peuvent ne pas être approuvés pour une utilisation clinique dans votre pays. Veuillez consulter votre médecin pour connaître la disponibilité de ces produits.

Existe-t-il un risque de réaction grave ?

Le fait de connaître les protéines ou les molécules de chaque allergène qui déclenchent vos symptômes peut aider à orienter votre plan de prise en charge des symptômes. Dans cette perspective, et en fonction de votre histoire clinique, votre médecin peut suggérer ce qu’on appelle un test d’IgE spécifiques d’allergènes moléculaires, qui peut permettre de révéler d’autres pollens et aliments auxquels vous pouvez réagir.4

Vous avez déjà les résultats de vos tests d’IgE spécifiques ?

Les résultats de vos tests d’allergènes moléculaires incluront le nom de ces derniers (une série de lettres et de chiffres et/ou un nom). Votre médecin examinera très certainement les résultats avec vous, mais vous trouverez ici un aperçu que vous pouvez utiliser comme référence. Faites simplement correspondre vos résultats avec les noms des allergènes moléculaires de la liste ci-dessous pour voir ce qu’ils signifient en termes de prise en charge des symptômes.4

rAna o 3

  • Généralement associé à un risque de réactions graves ou d’anaphylaxie.
  • Stable à la chaleur et à la digestion ; les noix de cajou cuites, grillées et crues peuvent provoquer des symptômes.

rBet v 2 (profiline)

  • Généralement associé à des symptômes légers et localisés, le plus souvent un SAO.
  • Peut provoquer des symptômes dus à une réactivité croisée aux pollens (par exemple, bouleau, aulne, noisetier, chêne, charme, hêtre), pollens de graminées, aliments d’origine végétale crus (par exemple, tomate, melon, agrumes, banane, ananas, kaki, courgette, tomate), entre autres.
  • Sensible à la chaleur et à la digestion ; les noix de cajou cuites ou grillées peuvent être tolérées.

MUXF3 (CCD)

  • Un test d’IgE spécifiques positif pour la noix de cajou dont le CCD MUXF3 (déterminant glucidique à réactivité croisée) est le seul allergène moléculaire positif indique que la cause des symptômes peut être étrangère aux noix de cajou.

Notez que les résultats des tests doivent être interprétés par votre médecin, en fonction de votre histoire clinique. Le diagnostic final et la décision de prise en charge ultérieure sont établis par votre médecin.

*Ces produits peuvent ne pas être approuvés pour une utilisation clinique dans votre pays. Veuillez consulter votre médecin pour connaître la disponibilité de ces produits.

  1. Weinberger T, Sicherer S. Current perspectives on tree nut allergy: a review. J Asthma Allergy. 2018 Mar 26;11:41-51. doi: 10.2147/JAA.S141636. PMID: 29618933; PMCID: PMC5875412. Disponible à l’adresse suivante : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5875412/pdf/jaa-11-041.pdf.
  2. McWilliam V, Koplin J, Lodge C, Tang M, Dharmage S, Allen K. The Prevalence of Tree Nut Allergy: A Systematic Review. Curr Allergy Asthma Rep. 2015 Sep;15(9):54. doi: 10.1007/s11882-015-0555-8. PMID: 26233427.
  3. Encyclopedia Britannica [Internet]. Chicago: Encyclopedia Britannica Inc.; 2020 Apr 7. Disponible à l’adresse suivante : https://www.britannica.com/print/article/97939.
  4. EAACI, et al. Molecular allergology user's guide. Pediatric Allergy Immunol. 2016 May;27 Suppl 23:1-250. do: 10.1111/pai.12563. PMID: 27288833. (245-254 p.) Disponible à l’adresse suivante : http://www.eaaci.org/documents/Molecular_Allergology-web.pdf.
  5. Food Allergy Research & Education [Internet]. McLean, VA: Food Allergy Research & Education; 2020. Disponible à l’adresse suivante : https://www.foodallergency.org/living-food-allergies/food-allergiy-essentials/common-allergens/tree-nut.
  6. American College of Allergy, Asthma & Immunology [Internet]. Arlington Heights, IL: American College of Allergy, Asthma & Immunology; 2014. Disponible à l’adresse suivante : https://acaai.org/allergies/types/food-allergies/types-food-allergy/tree-nut-allergy.
  7. American College of Allergy, Asthma & Immunology [Internet]. Arlington Heights, IL: American College of Allergy, Asthma & Immunology; 2014. Disponible à l’adresse suivante : https://acaai.org/allergies/types/food-allergies/types-food-allergy/oral-allergy-syndrome.
  8. Van der Valk JP, Dubois AE, Gerth van Wijk R, Wichers HJ, de Jong NW. Systematic review on cashew nut allergy. Allergy. 2014 Jun;69(6):692-8. doi: 10.1111/all.12401. Epub 2014 Apr 15. PMID: 24734868. Disponible à l’adresse suivante : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1111/all.12401Va
  9. Lomas JM, Järvinen KM. Managing nut-induced anaphylaxis: challenges and solutions. J Asthma Allergy. 2015 Oct 29;8:115-23. doi: 10.2147/JAA.S89121. PMID: 26604803; PMCID: PMC4631427. Disponible à l’adresse suivante : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4631427/pdf/jaa-8-115.pdf.
  10. Roberts, G., Xatzipsalti, M., Borrego, L., Custovic, A., Halken, S., Hellings, P., Papadopoulos, N., Rotiroti, G., Scadding, G., Timmermans, F., Valovirta, E. Paediatric rhinitis: Position paper of the European Academy of Allergy and Clinical Immunology. Allergy. 2013 Sep;68(9):1102-16.
  11. American College of Allergy, Asthma & Immunology [Internet]. Arlington Heights, IL: American College of Allergy, Asthma & Immunology; 2014. Disponible à l’adresse suivante : https://acaai.org/allergies/types-allergies/food-allergy/food-allergy-avoidance.
  12. Harvard Health Publishing [Internet]. Boston, MA: Harvard Medical School; 2020. Disponible à l’adresse suivante : https://www.health.harvard.edu/healthbeat/6-tips-for-managing-food-allergies.
  13. Mayo Clinic [Internet]. Rochester, MN: Mayo Foundation for Medical Education and Research; 2019 Sep 14. Disponible à l’adresse suivante : https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/anaphylaxis/symptoms-causes/syc-20351468.
  14. Wright BL, Walkner M, Vickery BP, Gupta RS. Clinical Management of Food Allergy. Pediatr Clin North Am. 2015 Dec;62(6):1409-24. doi: 10.1016/j.pcl.2015.07.012. Epub 2015 Sep 7. PMID: 26456440; PMCID: PMC4960977.