Tests de laboratoire pour les maladies hépatiques  auto-immunes 
Donner la confiance nécessaire pour guider les décisions

Il se peut que ces produits ne soient pas approuvés pour être utilisés dans votre pays. Veuillez contacter votre responsable local pour plus d’informations sur la disponibilité de produits spécifiques.

Les maladies hépatiques de diverses origines peuvent entraîner une cirrhose hépatique et nécessiter une greffe du foie. Elles sont souvent caractérisées par des symptômes non spécifiques, tels que la jaunisse, la fatigue chronique, ou les douleurs abdominales.1,2 Les maladies hépatiques auto-immunes sont rares, mais sont la première cause de cirrhose hépatique. Le diagnostic différentiel des maladies hépatiques non auto-immunes (ex. l’hépatite virale) permet d’aider le clinicien à prendre des décisions thérapeutiques mieux adaptées et d’améliorer la qualité de vie d’un patient.1-5

La cholangite biliaire primitive (CBP) et les hépatites auto-immunes (HAI) sont les maladies hépatiques auto-immunes les plus importantes sur le plan clinique.1,2 La CBP se caractérise par une inflammation chronique des petits canaux biliaires et une altération de la formation de la bile qui peut conduire à une cirrhose hépatique et entraîner une greffe du foie.2,4 En cas d’HAI, une inflammation des hépatocytes peut provoquer une insuffisance hépatique.1,6

Les recommandations pour le diagnostic différentiel de la CBP et des HAI sont les suivantes :

  • Tests pour les anticorps anti-mitochondries (AMA) / anti-M2 et des anti-LKM-1.1,2
  • Tests de confirmation des résultats des tests d’immunofluorescence (IFI) négatifs et positifs avec des tests en phase solide de haute qualité pour limiter les résultats faux négatifs et faux positifs.4,5,7

Dans le cas des anticorps anti-LKM-1, les résultats des tests IFI et en phase solide sont considérés comme interchangeables.1

 

Pourquoi choisir Thermo Fisher Scientific comme partenaire dans le diagnostic des maladies hépatiques auto-immunes ?

 

Des tests de pointe pour faciliter le diagnostic de la CBP

Dans une étude scientifique, le test EliA™ M2 a démontré une sensibilité comparable (100 %) et une spécificité supérieure (98 % par rapport  77 %) à l’IFI.8 Le test EliA M2 vous permet de détecter efficacement et en toute confiance les anticorps AMA / anti-M2.

 

Des tests de pointe pour faciliter le diagnostic de l’HAI (type 2)

Dans une étude comparative, le test EliA™ LKM-1 a démontré une sensibilité plus élevée que l’IFI (72,8 % contre 69,1 %), à la spécificité stratifiée de 94,8 %, pour faciliter le diagnostic de l’HAI (type 2).Le test EliA LKM-1 aide les cliniciens à établir un diagnostic précis de cette maladie difficile à diagnostiquer pouvant conduire à la cirrhose et qui se présente habituellement au cours de l’enfance et le début de l’âge adulte.10  

 

Améliorer l’efficacité dans les tests de dépistage des maladies auto-immunes rares

Les tests EliA M2 et EliA LKM-1 bénéficient des fonctions entièrement automatisées des Systèmes de Laboratoire Phadia™. Contrairement à l’IFI, le personnel de laboratoire ayant reçu une formation standard peut intégrer ces tests dans l’activité de routine sur ses Systèmes de Laboratoire Phadia. Les tests EliA M2 et EliA LKM-1 peuvent être exécutés à partir du même échantillon patient en même temps lorsqu’il existe une suspicion clinique de CBP et HAI. Pour les tests rares tels que ceux-ci, la fonctionnalité de chargement aléatoire de l’instrument Phadia™ 250 et des instruments Phadia™ série 2500 et Phadia™ série 5000 peut aider à rationaliser les flux d’activité, réduisant ainsi davantage l’impact sur les pratiques de laboratoire.  

Découvrez la gamme complète EliA.
Afficher la gamme
Trouver un instrument pour réaliser les tests EliA.
Voir les Systèmes de Laboratoire Phadia
Trouvez des ressources utiles pour votre laboratoire et vos clients.
Consultez la bibliothèque de ressources
Références
  1. European Association for the Study of the L. EASL Clinical Practice Guidelines: Autoimmune hepatitis. J Hepatol. 2015;63(4):971-1004.
  2. European Association for the Study of the Liver. Electronic address eee, European Association for the Study of the L. EASL Clinical Practice Guidelines: The diagnosis and management of patients with primary biliary cholangitis. J Hepatol. 2017;67(1):145-72.
  3. Poupon R. Primary biliary cirrhosis: a 2010 update. J Hepatol. 2010;52(5):745-58.
  4. Sebode M, Weiler-Normann C, Liwinski T, Schramm C. Autoantibodies in Autoimmune Liver Disease-Clinical and Diagnostic Relevance. Front Immunol. 2018;9:609.
  5. Muratori P, Lenzi M, Cassani F, Lalanne C, Muratori L. Diagnostic approach to autoimmune hepatitis. Expert Rev Clin Immunol. 2017;13(8):769-79.
  6. Francque S, Vonghia L, Ramon A, Michielsen P. Epidemiology and treatment of autoimmune hepatitis. Hepat Med. 2012;4:1-10.
  7. Reshetnyak VI. Primary biliary cirrhosis: Clinical and laboratory criteria for its diagnosis. World J Gastroenterol. 2015;21(25):7683-708.
  8. Alfano AM, Romito A, Marchese C, Battistini M, Crotti G, Ferrini A, et al. Diagnostic accuracy of two tests for determination of anti-m2 in the diagnosis of primary biliary cirrhosis: Is it possible to predict the course of the disease? Immunol Res. 2017;65(1):299-306.
  9. Scientfic TF. Étude interne. Données internes.
  10. Czaja AJ. Diagnosis and Management of Autoimmune Hepatitis: Current Status and Future Directions. Gut Liver. 2016;10(2):177-203.